le début

Un jeune homme qui marche encombré d’un grand carton à dessin marbré de noir, il a seize ans c’est le dix huit octobre 1974, il entre par hasard dans le champ visuel de Georges Perec attablé au café de la Mairie, sur la place St-Sulpice. Au lycée *** où il redouble sa Seconde, la journée […]

villes 6

Elle dit à voix basse : « mon ombre »  Et elle ne parle plus; je regarde la Ville. J’y dépasse les carrefours, mais il n’y a plus vraiment de ville maintenant seulement des faubourgs, Longs jardins qui auraient seulement le parfum des pommes après la saison, des attentes. Elle dit : « mais je […]

villes 5

       Il pense que la réalité… non vraiment d’ailleurs rien ne ressemble plus à la réalité que la fiction qui, elle a une certaine logique. Il est aussi difficile de distinguer la fiction de la réalité que de reconnaître des vaches dans un pré (si on est un peu loin). La difficulté avec […]

villes 4

Dans la rue Principe de Retigny, à droite s’ouvre une porte ordinaire vous pourriez entrer sous une voûte peinte à fresque d’un motif marbré imitant un papier de relieur, qui monterait doucement, dessinant un passage en forme de tunnel hélicoïdal, qui accomplirait un tour complet, peut-être pour désorienter mieux le visiteur avant d’entrer à l’extrémité […]

Pensées vagues

Choses dont se souvenait Joseph le matin du 22 juillet 1951 époque où il vivait à l’hôtel Bauernplatz à Zurich : – Ce fer à repasser qu’utilisait sa mère, un instrument qui ressemblait à un petit navire, on devait remplir l’intérieur des cendres incandescentes qu’il fallait d’abord pêcher dans le poêle puis introduire dans la […]

Lyon [à Paul Vantheuil 1952]

(…) parce qu’il ne s’agit pas d’imaginer, comme ça à partir de rien, mais plutôt de collectionner les images, souvenirs, personnages —leurs paroles, visages, allures … — , les lieux,  odeurs, circonstances, etc. Avec la complicité plus ou moins avouée des lectures, de l’accumulation des lectures oubliées et dont on a perdu la source. Tout […]