de choses rythmées comme des battements de cœur, vivant ce livre c’est bien ce qu’il faut, vivant comme les traces, bave & mucus d’escargots à la queue leu leu, l’écriture comme une ville complexe aux multiples logettes et faces que seraient les adjectifs et les goûts divers de la phrase, les syncopes et silences pour se déplacer secrètement et jouer derrière les paravents du langage, comme en jazz pour articuler des fragments des morceaux comme on peut, comme on arrive autant que possible comme si l’écrire était de première importance.

Or brume sur la ville ce jour-là, reflets mobiles sur les vitres cravachées de vent d’est, certaines sont ouvertes on dirait des petits tickets de métro d’un voyage imaginaire, en rang d’oignon collés aux façades des immeubles des rues, dans la circulation sanguine, du cœur de la ville, les automobiles artères veines nocturne et le sang bleu de la ville les voies rapides et

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :