La Ronde #Juin 2017 : parfums

et cette fois, pour la Ronde, un texte de Hélène Verdier que je remercie

le vent d’ouest soufflait,

chargé des assemblages

il portait

odeurs d’herbes mouillées

turgescence des roses

remugles de fumures

sous défilés de blancs

suspensions du moment

dans les trouées du bleu

par dessus les ombelles

architectonique beauté

sucre des fleurs

du sureau vert,

registres calendaires

balancement de feuilles

quand brûlent les parfums

l’encens infiniment

trace les huit des quatre saisons

équinoxes et solstices

ce décompte des heures

bercement en partage

équitable ou non

du clair et d’obscur,

l’hiver après le gel perce

l’odeur menaçante du chou

sur les argiles froides,

au printemps viennent les premiers jaunes

inodores primevères

puis blanc ourlé

du suave épendage des narcisses poètes

— le poète se meurt,

puis en cascades de roses roses

le printemps touche sa fin

la lumière en triomphe

sur le char des saisons

en serpentins d’odeurs

juillet là-haut dans la montagne

de cascade en cascade

fleurissent les ancolies bleues

naines sous le brumisateur des mousses

des ruisseaux en furie

particules d’odeurs mêlées à celles

du granite chaud

ont ce parfum d’enfance

 — quelqu’un avait gravé

AGNES sur les laitances

d’une écorce de bouleau

agneau des dieux absents

tu portais l’odeur

des amours contrariées

par les jours,

et puis revient

le temps des noces équitables

du jour et de la nuit

dont la terre exhale

tout le chaud et l’humide

de nos asters violets,

la nuit,

la nuit paradoxale tourne dans son mortier

le broyat des parfums et des couleurs

du jour

 

parfums-1.jpeg

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La Ronde #Juin 2017 : parfums

  1. Ping : La ronde de Juin : Parfums | Promenades en Ailleurs (M.ChristineGrimard)

  2. jpbrx dit :

    Une énumération haute en couleurs, odeurs et mouvements. Nous sommes bien avec Hélène quand bien même Rimbaud, Baudelaire et d’autres ne sont pas voisins ignorés. Un monde d’effluves fleuve de vie.

  3. Á l'envi dit :

    Une très belle émulsion d’images parfumées qui se délecte au fil du vent de mots. On butine de plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s