À la fin du dimanche il fallait monter au nord du verger, écarter sur le talus les branches de noisetier et de sureau, et là, enfant à califourchon sur l’éboulis du mur, assister au roulement de nuages contre la joue mauve des collines. Alors le crépuscule venimeux, le naufrage de la couleur, alors la ruine de la lumière, encerclée, vaincue, entre les blessures claires du bocage d’hiver, plus la nuit portant l’estocade et s’allongeant sur les gravats du jour.

Revières , 1947

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s