il y a {Frisch cahier jaune 1947 non daté}

  IMPAYABLE LA VIE INCAPABLE DE S’ÉLEVER AU-DESSUS DU JOURNAL  AU DESSUS DU QUOTIDIENJ’ÉCRIS SOUS LA LAMPE QUE JE REGARDE JE REGARDE LA NUIT QUI PASSE QUI S’INSTALLE CALMEMENT MA NUIT RETIENT SON SOUFFLE FIER ICI JE REGARDE TES CHEVEUX TA CHAMBRE  TES JAMBES QUI SE DÉPLACENT JE REGARDE TES YEUX  MAIS LA NUIT DÉTOURNE […]

Kergornet

« tu vas voir que ça va changer pour toi » c’est ce que m’a dit Paule, c’est sa dernière parole ou presque je pense: sur un ton amusé, taquin même, mais gentil, compatissant. L’air d’une personne qui a confiance en moi plus que je n’en ai moi même. Ca faisait dix ans ou presque, quatre heures par […]

reflections

ne jamais s’emporter calme et paisible, même solitaire ou seul ou abandonné, ou pionnier chef de poste, lignée, pêcheur en bout de quai, sorte de colon ou ? ou alors exilé, bagnard, réprouvé mais encore vif s’installer loup ou lion de mer, vieux mâle ou moine ou chose équivalente s’enraciner malgré ce travers, cette propension à […]