à Paul R. [Perugia 1948]

(…) il y a un antagonisme que je saisis bien entre l’amour de la lecture et l’action : parce qu’ils exposent à la flamme du doute, par les multiples interprétations qu’ils nous donnent du monde, les livres rendent suspectes et critiquables la plupart des décisions, l’engagement de ceux qu’on nomme des « hommes d’action » – dont peu à vrai dire sont de vrais humanistes. j’ai vu très souvent à Paris comme en Suisse la trace vaniteuse de chacun de leur gestes, de leurs projets , qui le plus souvent manquent ironiquement la cible, alors que progressivement tel Personnage imbu de son rôle, réduit à son projet s’essouffle, se rétrécit, vieillit et disparait. Il faut laisser à ces acteurs leur soif d’action et de récompense , et leur foi dans leurs propres capacités à orienter l’histoire et changer leur vie ou convertir leurs semblables, mais à nous spectateurs, tout le reste du vaste monde. Dis moi Paul, qu’est ce qui vaut de sacrifier un moment au jardin, une promenade sous le ciel des saisons, ou le dialogue fécond avec un auteur ? Je t’écris tout cela dans un grand élan lyrique et pourtant calme alors que je viens de voir les merveilles de cette ville [Orvieto] qui est la plus au sud de tout ce que j’ai jamais vu, dans une chapelle peinte par un Signorelli – dont j’ignorais tout – après avoir passé deux jours de canicule à suivre le long des voûtes un architecte qui organise ici les restaurations, mais je t’en parlerai plus longuement au retour (…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :