ce qu’on apprend (journal de Spalding)

     Plus tard Frisch qui avait vécu les années d’après-guerre dans un certain abattement, incapable de se mesurer à l’ombre envahissante du père-gladiateur (ce bruit de tournois, toute la fureur du monde, des « centaines de boches tués dans la traversée de Fousselles« , etc. dont Caplan parlait si souvent) découvre via des témoignages qu’il juge fiables […]