Montparnasse, soir [carnet 1952]

Je vais pas refaire ça. Je crois que je peux pas le refaire, je veux pas en tous cas donc pas question de. Tout ce sac de mots, pensez tout ce matériel, toute cette mémoire (mais rien de clair, rien de précis).

Quand je lui dis elle se bloque, elle baisse les yeux, prend deux ris dans le regard. Elle est lasse je crois. Au départ je croyais pas ça. Je partais pour une chose simple et rapide.C’est drôle comme on s’habitue vite aux changements du paysage, comme après des travaux dans l’appartement. Il faudrait voir des photos avant et après. A un moment la passerelle était là, et pourtant quelques mois avant il n’y avait rien, et depuis l’évidence. C’est ça que font les hommes, lancer des passerelles sur le vide. Exactement ça.

Qui suis-je ? Est ce qu’il reste un peu de réel qui a mal, où la frontière entre ce rêveur et son rêve, où sa vie ? Suis je seulement ces lambeaux d’homme ?Se donner une contrainte mais ne rien limiter. Laisser ouvert. Accumuler puis trier, filtrer. Comme l’huître dans la mer. Laisser longtemps sécher l’encre, se durcir les mots, voir comment ils se présentent après des mois.

Je voudrais que ta bouche

Soie

Et que tes lèvres

Amadou

A certains endroits du parcours on est comme suspendu sur l’eau verte, à la limite du vertige. Etranger à la ville, posé entre le ciel et le fleuve, passagers des villes, pas habitants, perdus dans la simple existence des choses, comme ses signes laissés ici ou là au temps et à l’espace.

La nuit: où se creusait dans l’étincellement un tunnel souple des rêves qui nous guidait confiants en ces traces inconnues.

Mots je vous estompe vous dilue vous grave dans la poussière du temps : je vous offre la contrainte de la page, tombe ou berceau. Je pose sur vous un visage et vous rejoignez mon peu, mon silence.

Puis le vent s’inverse, les feuilles s’inclinent de nouveau, s’offrant à la danse. Seine verte, amande, blé jeune dans le vent qui les berce.

Dans le texte: lumière ambrée puis mèche acajou, mais est ce bien conforme à ce que tu veux dire: est ce que tu pourrais reprendre les choses depuis le début ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :