la poésie [carnet 1954 rue Jacob]

La poésie est comme un court-métrage dans une salle de cinéma mais chaque spectateur a entendu une histoire différente Ou comme un traitement disponible pour une maladie dont on ignore les symptômes Elle déconcerte ce qu’elle discerne et concerne ceux qu’elle déserte Elle ajoute le silence aux vingt-sept couleurs du spectre, elle sait se faire […]

à Antoine Clemper [Genève 1943]

(…) voici donc pour moi ce que sont les pauvres mots auxquels je consacre les beaux Dimanches d’ ici: ils sont des ouvre-boîtes du monde, un laisser-passer, un jeu, une sorte de passerelle au dessus du vide et qui nous rendent l’ensemble intelligible, parce que nommer, combiner, restreindre ou explorer la langue c’est tenter plusieurs […]

Steinbruch [1938]

(…) c’était la nuit, la vue ne servirait plus à rien, alors je m’accoudais à la fenêtre et j’entendais la Mer: de grands sacs de bruit qui venaient se déposer le long des peupliers du lac en fait, ces cadeaux amenés d’ailleurs, dans la respiration de grands chiens d’ombre. Et j’allais dormir bien confiant, nageant […]