à Andrée Mernod [Paris 1951]

(…) c’est vrai ce que tu dis: je suis conscient de ce degré d’imperfection, de toutes ces tentatives pour aller de l’avant et m’en sortir (comme une chèvre) de ces carrefours qui se succèdent avec des infinités de possibles, mais très vite arrivent la limite des forces, l’encombrement par des obstacles, (le climat, la durée […]

journal Spalding [24 février 1981]

(…) c’est un peu comme s’il s’agissait en racontant une vie, de mettre en parenthèse sa propre existence, alors oui celle de Frisch pourquoi pas, avec cette part de mystère d’un dénouement absent, avec ce déroulement à califourchon sur le milieu du siècle et sur deux pays. Son petit personnage me rend visite le soir […]