voisinage

Elle habitait tout près de chez René CHAR: la rue de Bourgogne puis vers la gauche rue de Varennes, Barbey de Jouy ensuite et on arrivait rue Chanaleilles. On croisait parfois le grand homme près du musée Rodin, où les enfants allaient jouer. Le soir, il promenait sa silhouette un peu sévère, sans doute distante, tricotant  » en trente trois morceaux  » de mystérieux et coupants et (trop?) fiers aphorismes. Objet de jalousies ou de révérence dans le petit cercle dévot qui l’entourait, c’est ce qu’on comprenait en lisant son inquiétude.

%d blogueurs aiment cette page :