Sa Voir Rien Ou si peu De choses Si peu de temps Qu’on peut vraiment Se demander si c’est la peine De se donner de la peine De se donner du temps À peine si l’on ose Ouvrir vraiment L’œil pour Savoir Pour Voir Çà

les mots comme les tesselles d’une mosaïque que j’arrachais au rêve aux brumes de l’hiver au printemps je les mis à sécher sur le fil du texte avant leur migration ils partent c’est la fin de l’été sur l’eau s’installent les courants du Nord et quand les fruits sont mûrs comme des seins c’est enfin […]