rêver à l’abri

… ou bien s’asseoir, tourner cette idée, cette autre: noter penser ainsi à ce personnage « la Reine Solitude », suivre le fil du crayon, suivre une idée (une seule au vrai) mais regarder, voir, marcher s’obligeant à une sorte de pauvreté de moyens (encore le crayon, rien, trois fois rien l’épure, un savoir monacal). Se pencher vers la rive du fleuve, somnoler quand se déroule le paysage dans le rythme rassurant du train (le viaduc, la descente vers Paris au matin vers la Seine étale, aux nuances imperceptiblement différentes et maintenant brun vert où se reflétent les immeubles scintillants de soleil.

villa-sayoye.1275070511.JPG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :