les fleurs

… à la fin de l’entretien avec le vieil écrivain, cette inévitable question sur l’avenir proche: pensez vous souvent à la mort ? ou bien que pensez vous qu’on retiendra de votre oeuvre ? et lui alors un peu cabot sans doute, retenant sa réponse, ou bien renvoyant la question au journaliste: c’est vous qui allez le dire, je crois que vous en avez envie ! puis avec un petit geste des mains, et d’un haussement de sourcil il fait une très discrète mimique ébauchant une sorte de non-réponse définitive qu’il est bien difficile certes de faire passer à la radio, et ensuite se baissant pour toucher une rose absolument épanouie, puis après des dizaines de secondes de silence: voulez vous que je vous dise, j’ai quitté l’écriture maintenant il y a quelques années et je ne relis jamais ce que j’ai écrit, maintenant je ne lis presque rien d’autre que le journal.

%d blogueurs aiment cette page :