Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. On tire sur la sable la barque bitumée.On endort le feu jusqu’au matin.L’angoisse remonte à travers la terre(ce texte de J-B Para dans « La faim des ombres » Obsidiane)merci pour lettes sur couret cette fraternité entre lecteurs et liseursGeorges B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :